Introduction : 

Quand vous faites de la logistique, vous cherchez en permanence à découper un territoire en zones géographiques : quelle est la zone de chalandise de mon entrepôt ? Quel est le découpage de mon niveau de service sur mon territoire ? Comment organiser mes circuits (secteurs)? etc…

Ce qui importe pour faire un découpage du territoire, c’est la granularité et le référentiel

Sur la question de la granularité, ma plus petite zone devrait être une unité et les autres un rassemblement de différentes unités. Il convient de définir précisément le maillage qui doit être découpé et donc quel est le plus petit dénominateur commun satisfaisant.

Sur la question du référentiel, deux options : 

1- S’adapter à un référentiel administratif existant, l’avantage est la simplicité de compréhension et de communication sur le découpage à venir

2- La création d’un référentiel qui permet de répondre à un besoin spécifique. L’exemple parfait est la création du code postal. Créé en 1932 en Ukraine, il se compose de 2 groupes de chiffres séparés par un “Y”. En France le code postal a été mis en place en 1965 (code à deux chiffres correspondant au numéro du département) et est passé à cinq chiffres en 1972. 

La manière la plus facile de découper est donc de réutiliser un référentiel administratif existant en trouvant la granularité qui convient. Vous pourriez trouver utile pour vos projets logistiques l’utilisation du code IRIS. L’objectif de cet article est d’expliquer comment il est construit, donc ce qu’il décrit, et de présenter un cas concret d’utilisation de ce référentiel.

 

I- Qu’est-ce que le référentiel des codes IRIS ?

 

Avant de décrire le code IRIS, il faut décrire le code commune de l’INSEE. Rien de très compliqué, une commune est égale à un code. Vous l’avez déjà compris, Paris a un code commune, au même titre que Saint-Marcel-sur-Aude dans l’Aude avec 2 000 habitants (2021). Le code commune décrit donc les 36 000 communes de manière identique, et pour avoir un référentiel cohérent nous aurions besoin d’un découpage plus important des grosses communes.

Le code IRIS a été construit de cette manière. Il découpe toutes les communes de plus de 10 000 habitants et la plupart des communes de 5 000 à 10 000 habitants en plusieurs zones. En reprenant notre exemple, Saint-Marcel-sur-Aude  a un seul code IRIS (113530000) alors que Paris en a 992 (dont je ne vais pas faire la liste ici). 

Est-ce que la ville de Paris est égale à 992 fois la commune de Saint-Marcel-sur-Aude ? Avec 2000 habitants et 8km² de superficie pour Caunette-sur-Lauquet, Paris a bien environ 2M d’habitants mais n’a pas non plus 7 936km² de superficie (105km²). 

Donc le code IRIS permet d’avoir une unité plus cohérente que le code commune en termes de population mais prend aussi en compte des caractéristiques géographiques. 

L’insee définit le code IRIS (lien) comme une unité géographique statistiquement cohérente. Il en existe 15 500 et en ordre de grandeur, un code IRIS correspond à environ 2 000 habitants. Par exemple pour Paris si on multiplie les 992 codes IRIS par 2 000 habitants on a 1,98 M habitants ce qui correspond à la réalité en ordre de grandeur.

 

II- Le référentiel des codes IRIS permettent de mailler le territoire de manière cohérente

Pour découper un territoire en vue de dimensionner votre logistique vous voudrez prendre en considération les flux et les besoins de ce territoire. Vous n’irez donc pas mettre la même liaison entre : votre entrepôt et Saint-Marcel-sur-Aude ; et votre entrepôt et Paris. En revanche vous penserez à des solutions similaires pour livrer un client qui se trouve dans notre petite commune et une résidence parisienne (en s’extrayant de contraintes règlementaires type ZFE ou de manière générale des contraintes de livraison en ville).  

D’autre part même si la répartition est inégale sur le territoire, l’implantation des commerces, artisans, cabinets médicaux etc… répond globalement à la loi de l’offre et de la demande (naturellement avec une augmentation du nombre de consommateurs, il va y avoir des ouvertures de commerces et une diminution implique des fermetures ou relocalisation). Donc pour un nombre fixe d’habitants, on devrait avoir une stabilité dans les institutions, commerces et services. Par exemple, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le nombre de médecins pour 100 000 habitants est le plus important dans les Hautes-Alpes (140 pour 145 000 habitants, source Insee), ou dans la Haute-Vienne qui arrive 6ème au classement du nombre de médecins pour 100 000 habitants (64ème département en termes de population, 379 000, source Insee). 

En reprenant l’exemple du nombre de médecin pour 100 000 habitants, pour lequel on veut changer de référentiel et pondérer le résultat par code IRIS, on retrouve le nombre de médecin par département. Pour chaque département, je calcule le nombre code IRIS qui lui est attribué, en divisant le nombre total de médecin par le nombre de code IRIS, j’ai la répartition du nombre de médecins par code IRIS. Le classement change complètement : les Hautes-Alpes passent 48ème et la Haute-Vienne 26ème. Les département qui arrivent en tête de notre nouveau classement sont des départements plus peuplés (Bouches-du-Rhône en premier, troisième département le plus peuplé de France). Le code IRIS ajoute une donnée géographique qui permet de pondérer la simple comptabilisation de la population. Concrètement ce n’est pas pareil s’il y a 0,5 médecins par km² (Bouches-du-Rhône) ou 0,08 (Haute-Vienne) ou encore 0,03 (Hautes-Alpes). 

 

III- Exemple d’utilisation pour de la logistique

 

Les codes IRIS sont aussi très pratiques pour vos besoins logistiques. Prenons un exemple. Je veux assigner mes agents à un secteur défini pour qu’ils aient une meilleure connaissance du client, des contraintes du terrain etc… La logique voudrait laisser les opérationnels s’exprimer et créer les secteurs qui ont le plus de cohérence du point de vue de la géographie et des contraintes quotidiennes. Cette méthode pose un problème évident de communication sur le référentiel et donc de pilotage. Dans le cas de la construction de secteurs, le code IRIS donne un référentiel qui permet d’établir un référentiel facile à communiquer et à intégrer dans les outils de pilotage. Prenons un exemple concret, à Rennes il y a 3 codes postaux, 1 code commune, 92 codes IRIS. J’ai 10 agents et je veux les affecter chacun à un secteur, donc créer 10 secteurs. 

Trois codes postaux à Rennes, on voit qu’ils ne sont pas forcément homogènes en termes de taille, et de population. Impossible de construire des secteurs sur cette base. 

Codes postaux de la ville de Rennes

Un code commune à Rennes, ne nous aide pas vraiment non plus pour construire nos secteurs. Le découpage en code IRIS semble plus convaincant pour avoir un découpage plus fin, alors on peut donner la main au terrain en leur demandant d’identifier l’ensemble des codes IRIS qui forment un secteur. 

Code Commune Rennes

Voilà un résultat (fictif) de découpage de Rennes en 10 secteurs.

Découpage de Rennes en dix secteurs

Conclusion :

Les codes IRIS donnent un référentiel au maillage fin pour distinguer les zones rurales des zones plus urbaines. Ce maillage peut s’avérer utile, notamment pour vos besoins logistiques et comme on l’a vu dans la partie précédente, ils permettent de pondérer des indicateurs comme le nombre d’habitants, ou la superficie.