Mon sport à portée de clics ! La technologie comme vecteur d’évolution de la pratique et de la performance sportive.


Le sport, cette drogue n’en finit plus de faire des adeptes. Aujourd’hui, chaque sportif peut trouver une pratique adaptée à son profil. Se divertir, performer ou encore être en bonne santé, le sport s’est imposé comme un vecteur d’équilibre et de bien-être dans notre société.

Un brin d’endorphine, une touche de dopamine et un complément d’adrénaline, le sport est la combinaison parfaite pour vivre des émotions uniques tout en repoussant en permanence ses limites. Les évolutions technologiques ne sont pas anodines à toute cette dynamique. Elles sont même étroitement liées à cette quête de la performance et de la connaissance de soi.

 

La technologie a permis une démocratisation de la pratique sportive

À l’heure où la santé figure au premier plan, prendre soin de soi et de son corps sonne comme un impératif pour une large majorité de Français. Chacun peut aujourd’hui suivre gratuitement ou à un tarif abordable un programme sportif à la carte. Longtemps réservé à une minorité, le coaching personnalisé se trouve désormais à portée de clics. Pléthores d’applications sont disponibles, promettant chacune une méthode unique[1]. Il y en a pour tous les goûts, tous les rythmes et tous les lieux.

Dans un quotidien de plus en plus mouvant et déstructuré, nous avons besoin de prendre du temps pour nous tout en composant avec nos agendas irréguliers comme imprévisibles. L’essor d’internet et des technologies associées permet à tous d’exercer une pratique sportive flexible, diversifiée, voir sur mesure. Au grès de leur temps libre, de leurs bonnes résolutions, de leur motivation, les utilisateurs les téléchargent, les testent, les adoptent ou encore les suppriment.

Julie, consultante, en a déjà testé 4 depuis le depuis le début de l’année. « Je voulais faire du renforcement musculaire avant de reprendre la course. Je voulais également essayer le yoga le matin avant de partir travailler, je n’entendais que du bien que de débuter sa journée par ce genre de pratique ». Comme beaucoup, Julie s’est tournée vers les applications afin d’une part de se remettre en forme mais également de s’essayer à un nouveau sport à son rythme et au calme chez elle.

La plupart des applications proposent une base gratuite d’exercices.  Elles incitent ensuite les utilisateurs à souscrire à un abonnement afin de bénéficier d’un accompagnement plus complet. De plus en plus d’applications mettent en avant un accompagnement complet alliant exercices physiques, programme nutritionnel et conseils de bien-vivre (sommeil, gestion du stress …). Derrière ces nouveaux rois du coaching nous trouvons des enseignes de sport célèbres, des entrepreneurs ayant saisis le filon, des passionnés devenus entrepreneurs et surtout des coaches certifiés.

Sur le téléphone de Julie, 10 mois après ses différents essais, il ne reste plus que deux applications relatives à sa pratique sportive. « Pour la course je me suis rapidement rapprochée d’une communauté de coureurs et j’ai désormais l’application associée à ma montre connectée. J’ai conservé et je me suis même abonnée à une application de méditation. La simplicité d’utilisation et l’accès à une pratique que je ne savais pas comment commencer seule sont les deux éléments ayant motivés mon choix ».

Avec son effigie attendrissante d’un moine bouddhiste, cette dernière application lancée en 2014 séduit chaque jour 4000 nouvelles personnes[2]. Signe de la tendance sociétale en faveur du bien-être, une partie de l’abonnement à cette application est remboursée par une mutuelle, une assurtech pour être plus précis. Alors même si la plupart des utilisateurs désinstallent l’application au bout de 6 à 12 mois, le contrat est rempli : « je m’accorde des pauses régénératrices et je sens ma progression » nous expliquait ainsi Julie.

Grâce à la technologie, nous pouvons désormais essayer, mettre de côté, adopter une pratique sportive voir même une nouvelle philosophie au quotidien. Et surtout, nous ne sommes plus seuls pour relever ces challenges !

 

La technologie offre un champ de partage sans commune mesure à l’univers du bien-être

 Avec des communautés de plusieurs millions de personnes, le secteur du sport connaît un engouement relativement fort sur les réseaux sociaux. En témoignent les hashtags suivants sur Instagram :  #Fitness : 368M – #Training : 94,6M – #Coach : 29,8M – #Team : 29,5M – #Runner : 18,8M [3]

Avec pas ou peu de modération, cette tendance modifie les relations entre les sportifs, les supporters ou encore les coaches et créée de nouvelles dynamiques.

CONSEILLER – De rare et difficilement accessible, l’information est devenue, avec Internet, abondante et disponible en temps réel. L’univers du sport, du dépassement de soi à la quête d’équilibre, est omniprésent sur les réseaux sociaux. Tout le monde y va de ses conseils. De nombreuses personnes donnent des rendez-vous quotidiens, hebdomadaires ou ponctuels sur leur chaine YouTube où sur des vidéos en live. Comme pour la plupart des domaines, il convient de faire attention aux dérives et à la fiabilité des informations. Certaines méthodes non fondées peuvent être mises en avant par des influenceurs ou des inconnus au détriment même de notre santé. Même si la technologie a démocratisé la pratique sportive, il est important de se référer à des professionnels agréés/certifiés.

PARTAGER – Internet est un lieu de partage et de communication. Du sport loisir à la pratique de haut niveau, de nombreuses personnes aiment partager leur pratique, leurs objectifs, leurs doutes ou encore faire part de leurs retours d’expériences. Les réseaux sociaux sont des canaux fortement plébiscités par les athlètes de haut niveau pour montrer leur quotidien, leur travail de l’ombre, partager leurs émotions. Les codes ont changé. Longtemps inaccessibles, ces derniers cultivent désormais une certaine proximité avec leurs fans. Chacun affirme ainsi sa personnalité et peut défendre ses convictions. A chaque performance établie, les réseaux sociaux s’affolent pour l’équipe ou l’athlète concerné. Ce(s) dernier(s) suscite(nt) alors la curiosité, l’admiration voir même des vocations.

FÉDÉRER – C’est d’ailleurs là tout l’art de la technologie que de pouvoir passer du virtuel au physique, d’un clic sur « rejoindre cette équipe » à une séance collective le soir dans les rues de Paris. Les réseaux sociaux permettent de mettre en relation des personnes animées par les mêmes envies, la même philosophie. C’est ainsi que ceux sont développées à une vitesse folle les communautés de runners[4]. Ils envahissent les quais, les trottoirs, les esplanades, les allées des parcs de nos villes. Ils se motivent ensemble pour se dépasser et passer un bon moment. Une telle pratique renforce l’assiduité des participants. « J’ai pour ma part repris la course à pied en mars 2019 grâce à l’un de ces collectifs. Je me sentais engagée auprès de l’équipe qui s’investissait et ne trouvais alors aucune excuse plausible pour louper un entrainement – Aujourd’hui encore je fais partie d’un collectif qui, pour se faire connaître, alterne entre événements physiques, inscriptions exclusivement numériques et communication dynamique sur les réseaux sociaux ».

 

La technologie nourrit la course à l’amélioration continue

Sauter plus haut, lancer plus loin, courir, nager ou encore glisser plus vite, l’Homme a toujours cherché à repousser ses limites. Pour se faire, la technologie permet une évolution des matériaux et surtout, à l’ère du numérique, une connectivité omniprésente. Cette dernière offre au sport une nouvelle dimension tant à l’entrainement qu’en compétition, tant sur le terrain que dans les gradins. Le marché du sport est en effet l’un des secteurs les plus porteurs pour le développement des objets connectés[5] :

ANALYSER LA PERFORMANCE – C’est l’objectif premier de nombreux athlètes. En témoignent notamment la popularité des montres connectées. Tous ces outils apportent un suivi en temps réel, permettent de personnaliser les entraînements et d’effectuer un accompagnement sur mesure pour maximiser la performance.
Avec 300 capteurs par voiture et 500 GB de données à chaque course, l’univers de la formule est pleinement embarqué dans la transformation digitale.[6] Un tel dispositif permet durant les courses de visualiser, comprendre, anticiper puis améliorer chaque paramètre du véhicule comme de la conduite du pilote. Sur la durée, l’écurie accumule une connaissance et une adaptabilité forte sur l’ensemble des paramètres composant la performance finale.

PRÉVENIR LA BLESSURE – tout le monde peut être confronté à la blessure sportive. Mêmes si elles peuvent renforcer le mental et mettre en lumière des faiblesses à travailler, les blessures marquent bien souvent un coup d’arrêt moral comme physique chez les sportifs. Certains dispositifs technologique[7] permettent de visualiser mais aussi de prévenir l’apparition de mauvaises habitudes (posture, coordination, déséquilibre …). D’autres vont fournir des informations relatives au poids de la charge d’entrainement ou de la gestion d’une compétition. Tous ont pour obtenir de permettre à l’athlète et son staff de mieux se connaître de manière tangible afin de mettre en place les actions adéquates en amont de toute blessure. Toutes les pratiques sont concernées, des sports équestres par exemple avec le capteur développé par Equisense[8] aux sports d’impacts avec le collier Q-Collar[9].

ELABORER UNE STRATÉGIE – tous clubs, tous coachs et tous sportifs souhaitent composer l’équipe, la course ou encore le scénario le plus performant pour remporter la compétition. L’analyse des données recueillies lors de précédents exercices permettent d’optimiser de plus en plus la stratégie d’un match comme d’un course. Pour se faire les terrains et les sportifs eux-mêmes sont alors munis de nombreux capteurs et caméras. Ce principe peut être constaté dès les courses sur route qui enregistrent, à l’aide d’une puce dans le dossard, pour chaque coureur ses temps de passage à chaque kilomètre. Ce dernier peut ainsi travailler sur la répartition de son effort. Ce principe s’applique également pour la composition d’un relais où chaque position peut être assimilée à des qualités particulières. Les données peuvent même influencer la manière dont un sport se pratique. Au fil du temps, les statistiques ont entraîné une profonde mutation dans l’univers du basketball. La tendance à viser le panier à trois point a été mis en avant par la donnée. Son intérêt a été établit grâce à la récurrence de certaines données dans le jeu[10].

PERMETTRE UNE NOUVELLE EXPÉRIENCE – le sport se vit de l’intérieur mais également de l’extérieur. Nous avons tous vibrer face à des exploits sportifs. Chaque sport utilise ainsi de plus en plus la technologie pour offrir de nouvelles informations, de nouvelles expériences aux sportifs et leur staff mais également aux supporters ! Caméra embarquée, live score, expérience immersive … tout est mis en place pour suivre au plus près et avec toujours plus de spectacle un événement sportif. Certaines de ces technologies pourront prochainement être testée à Roland Garros par exemple[11] qui a signé en 2019 un nouveau partenariat technologique.

 

La technologie apparaît comme incontournable dans l’évolution du sport. Elle fait émerger de nouveaux business et remet en permanence en cause la gestion de la performance. La technologie a même permis la création et l’essor fulgurant du e-sport[12].

Comme de nombreux sujets, la technologie a également ses zones d’ombres. Elle pose de nombreuses questions d’éthiques et suscite des controverses. Le dopage par exemple, nuit profondément à l’esprit du sport.

Alors que nous sommes en permanence à la recherche de nouvelles sensations, nous ne devons pas oublier l’essence même du sport : aller au bout de soi-même grâce au travail mais surtout prendre plaisir !

 

[1]https://www.google.com/search?q=application+sport&rlz=1C5CHFA_enFR863FR863&tbas=0&source=lnt&sa=X&ved=0ahUKEwi4qZjX_e_lAhXB7eAKHWMBCl0QpwUIKA&biw=1410&bih=684

[2] https://www.lexpress.fr/styles/psycho/qui-se-cache-derriere-l-appli-petit-bambou_2038994.html

[3] Chiffres instagram en date du 19 novembre 2019

[4] https://www.ouest-france.fr/sport/running/les-communautes-de-runners-envahissent-les-villes-4964128

[5] https://www.objetconnecte.net/sport-connecte/

[6] https://www.usine-digitale.fr/article/fast-data-analyse-predictive-la-formule-1-une-course-de-vitesse-a-tous-les-niveaux.N693729

[7] http://www.neuroxtrain.com/article/63142/

[8] https://equisense.com/?lang=fr

[9] https://qcollar.ca/

[10] https://korii.slate.fr/et-caetera/moreyball-big-data-statistiques-mathematiques-nba-basket

[11] https://www.usine-digitale.fr/article/data-et-intelligence-artificielle-infosys-mene-la-transformation-digitale-de-roland-garros.N821340

[12] https://www.businessinsider.fr/graphique-du-jour-marche-esport-chiffre-affaires-2018

 

Marie Gayot

Marie a étudié à l'Université Technologique de Compiègne. Elle a réalisé 12 ans d'athlétisme à haut niveau avant de débuter sa carrière dans le conseil. Les thématiques de la stratégie, du digital et de la dimension humaine l'intéressent tout particulièrement.

About the Author:

Marie Gayot
Marie a étudié à l'Université Technologique de Compiègne. Elle a réalisé 12 ans d'athlétisme à haut niveau avant de débuter sa carrière dans le conseil. Les thématiques de la stratégie, du digital et de la dimension humaine l'intéressent tout particulièrement.

Leave A Comment