Dans le cadre de nos rencontres avec des entrepreneurs, nous avons eu la chance de rencontrer Mary Cazanove et Thierry Grenot, co-fondateurs d’Agora Software, une solution d’IA conversationnelle adaptée à vos applications. Ils partagent pour ISLEAN le parcours de leur aventure entrepreneuriale et leur expérience.

Facilitez vos expériences utilisateurs avec Agora Software

Peux-tu pitcher Agora Software ?

Agora Software a développé sa propre technologie autour du traitement automatique du langage. Notre proposition est de créer des interfaces conversationnelles connectées aux applications de votre entreprise, afin de permettre aux utilisateurs d’échanger avec vos systèmes d’information. Cela va se matérialiser par une conversation (sur Teams, Whatsapp ou encore intégré à une application ou un chatbot) avec lequel vous allez pouvoir échanger, comme vous le feriez avec un collègue. Vous pourrez ainsi, par exemple, lui transmettre une note de frais pour qu’il l’intègre automatiquement dans l’application dédiée, réserver une salle de réunion ou encore déclarer vos congés…

Illustration du mode de fonctionnement d'Agora Software : discussion entre un utilisateur et le chatbot. L'utilisateur dit : "j'ai besoin de ma fiche de paie du mois de novembre". Le chatbot répond : "Votre fiche de paie est disponible ici" avec un lien sur le mot ici

Comment Agora Software fonctionne-t-il ?

On a développé notre propre plateforme SaaS qui connecte les applications conversationnelles, des sources de données (site web, outlook…) et des applications métiers. On travaille sur la base d’appels API pour aller connecter les sources de données et simplifier les interactions entre les salariés et les applications de leur entreprise. Cela signifie qu’un intégrateur peut intégrer Agora Software pour le compte de son client.

Nous organisons des ateliers de paramétrage avec nos clients pour intégrer notre solution à leur SI. Le chatbot peut s’intégrer à la fois sur une page web et sur une application et est multilingue (une quinzaine de langues sont disponibles). Notre solution nécessite uniquement des API documentaires.

Comment l’utilisateur sait-il ce qu’il peut demander au Chatbot ?

Il suffit de lui poser la question ! Il est capable de comprendre une demande, et d’effectuer une transaction un peu complexe.
Notre solution évolue de manière continue car le langage est très flexible et peut être libre à interprétation. La grande différence par rapport à un chatbot classique c’est que c’est un outil transactionnel et de confiance. Un nouveau moyen d’accès aux applications.

L’utilisateur peut choisir d’écrire ou de retranscrire : on peut par exemple dicter sa demande (adapté à des personnes en mobilité, avec des gants sur le terrain…). Le but est vraiment de rendre accessible les SI à tout le monde à tout moment.

Quel est le problème à résoudre qui a lancé Agora Software ?

L’idée d’origine partait du constat que l’IT et l’IoT sont des domaines très fragmentés. Nous nous sommes posés des questions comme : peut-on trouver un langage commun permettant de les défragmenter ? Peut-on utiliser le langage humain pour ce faire ?
Finalement, la proposition que l’on a faite a évolué : plus IT que IoT ; permettre aux utilisateurs de converser avec les systèmes IT de l’entreprise.

Pourquoi êtes-vous entrepreneur, et pas salarié ?

C’est la première aventure entrepreneuriale de Mary. “J’étais en phase avec Thierry et les valeurs portées par le projet. Elles sont assez fortes d’universalité, de mise en commun des savoirs : ça m’a donné envie d’y contribuer”.

Thierry, lui, avait envie de créer des choses qui n’existent pas et qui résolvent de vrais problèmes autour de valeurs d’inclusivité.

Membres fondateurs d'Agora Software

Yann TORRENT, Mary CAZANOVE et Thierry GRENOT fondateurs d’Agora Software

Quel accompagnement au démarrage du projet ?

On s’est lancés tout seuls, mais entourés de Business Angels et de proches. On s’est posé la question d’ouvrir à des fonds, mais on a choisi de faire sans.

Agora Software aujourd’hui ?

Nous avons déposé un brevet après des travaux de recherche menés par Thierry en collaboration avec des universités européennes. De 2019 à 2021, nous avons multiplié les discussions pour comprendre les enjeux de nos futurs clients. Ensuite, nous avons fait des itérations pour faire évoluer le produit et avoir un MVP. Nous nous sommes lancés en 2021, en ciblant d’abord les collectivités. Depuis un peu plus de 6 mois, nous commercialisons soit directement au sein d’entreprises soit en s’intégrant à un éditeur.

Les suites du développement ?

Commercialement, nous souhaitons rester sur le marché des éditeurs et des entreprises de taille moyenne à grande. Sur la partie technique, on va chercher à intégrer davantage de solutions, de software communément utilisés. Cela nous permettra d’avoir des connecteurs déjà prêts afin de gagner du temps sur l’intégration chez nos clients.

Notre ambition est de devenir un des leaders européen d’IA conversationnelle. Nous avons déjà quelques clients en Europe parmi des éditeurs. Un de nos atouts est que notre technologie est dite IA de confiance. Cela signifie qu’elle est complètement contrôlée, que nous sommes en capacité de démontrer l’apprentissage des réseaux de neurones.

Quelques conseils pour ceux qui voudraient se lancer ?

Il faut bien s’avoir s’entourer. Avoir des référents, des personnes de confiance qui vous aident à éviter les grosses erreurs au démarrage.