Le métier de DSI est en pleine évolution. Face à l’explosion des données, à l’avènement de l’intelligence artificielle et à la transformation digitale qui touche tous les secteurs, les missions du DSI se complexifient et s’orientent vers de nouveaux horizons.

DSI : un rôle majeur pour les années à venir 

1) Le DSI, un chef d’orchestre de la donnée et de leur sécurité

A) Orchestrer la donnée

La donnée est et restera un actif stratégique pour les entreprises. Le DSI de demain devra maîtriser sa collecte, son stockage, son analyse et son exploitation pour en tirer des insights précieux pour la prise de décision. Il devra également s’assurer de la qualité et de la sécurité des données. Un enjeu crucial dans un contexte de réglementations strictes comme le RGPD.

Le point de départ crucial est de définir une stratégie data claire et cohérente avec les objectifs stratégiques de l’entreprise. Cela implique d’identifier les données critiques pour l’entreprise, de comprendre comment elles peuvent être utilisées pour créer de la valeur, et de définir les moyens de les collecter, les stocker et les sécuriser de manière efficace.

Ces problématiques et ces défis axés autour de la donnée sont massivement alimentés par le développement de l’IA générative. Les stratégies IA des entreprises dépendent de leurs données qui agissent comme un carburant à court terme. Ces données doivent être, propres, précises et impartiales. Cela est fondamental pour une utilisation immédiate lorsque l’IA générative passera un nouveau cap technologique. 

B) Orchestrer la sécurité

De plus, ces données, qui seront si vitales dans le futur, doivent faire l’objet d’une sécurisation accrue. Comment ne pas parler en 2024 de sécurité lorsque l’on traite de la donnée d’entreprise. Pour protéger ces données, le DSI doit évaluer les risques en identifiant les failles avant qu’elles ne coûtent cher à l’entreprise. C’est notamment le cas pour des attaques avec des demandes de ransomware. 

Une analyse approfondie des vulnérabilités du système permet de comprendre où et comment les attaques peuvent survenir pour mieux les prévenir. Cette étape cruciale permettra de cartographier les systèmes et données sensibles, d’identifier les failles de sécurité potentielles et d’évaluer les risques associés à chaque menace. 

Une protection adéquate passe également par la mise à jour régulière des mots de passe et des protocoles d’authentification. Le DSI doit limiter les accès aux données sensibles, mettre en place des contrôles d’accès stricts et établir des procédures claires en cas d’incident, notamment avec des sauvegardes et des PRA. 

technologies de l'information d'un DSI

Technologies de l’information

2) Le DSI est un moteur de l’innovation

A) Se tenir informé n’est pas suffisant

L’intelligence artificielle, le cloud computing, l’internet des objets… Les nouvelles technologies émergent à un rythme effréné. Le DSI doit être à l’affût de ces innovations et les intégrer au sein de l’entreprise pour en optimiser les processus, créer de nouveaux produits et services, et gagner en compétitivité. 

Le DSI doit être un guetteur attentif et avide des tendances technologiques. Il doit se tenir informé des dernières innovations, telles que l’intelligence artificielle, le cloud computing, la blockchain, la réalité augmentée etc. Il doit analyser leur potentiel pour l’entreprise, évaluer leur impact sur les différents métiers et prévoir une stratégie d’intégration au sein de ces métiers. 

Le simple fait de connaître les nouvelles technologies ne suffit pas. Le DSI doit être capable d’évaluer leur pertinence pour l’entreprise et de comprendre les opportunités qu’elles peuvent apporter. Il doit analyser les besoins métiers, les enjeux stratégiques et les contraintes opérationnelles pour identifier les technologies qui peuvent créer de la valeur ajoutée. 

B) Le DSI est un manager

Intégrer de nouvelles technologies au sein d’un système d’information existant est un défi existant et toujours complexe. Le DSI doit manager l’intégration de ces technologies de manière fluide et efficace. Il doit également tenir compte des contraintes techniques, des impacts organisationnels et des besoins des métiers. Cet exemple illustre parfaitement le rôle de chef d’innovation que doit jouer le DSI. Le DSI devra porter la parole de l’innovation auprès des métiers et agir comme un relais entre les exigences métiers et la pression de la direction. 

L’innovation ne se décrète pas, elle se cultive, s’entretient et se planifie. Le DSI doit jouer un rôle de catalyseur pour faciliter l’innovation au sein des métiers. Il doit sensibiliser les collaborateurs aux nouvelles technologies, les former à leur utilisation et les encourager à les expérimenter. Rien n’est plus frustrant pour un DSI que d’achever un projet sans que les utilisateurs l’aient pleinement adopté.

Serveurs passés DSI

Serveurs passés

3) Un acteur toujours clé de la transformation digitale

En 2024, si vous n’étiez pas encore convaincu, on peut l’affirmer. La transformation digitale n’est plus une option, mais une nécessité pour les entreprises qui veulent survivre et prospérer. Le DSI est un acteur clé de cette transformation. Il pilote la refonte des systèmes d’information, en développant de nouvelles solutions digitales et en accompagnant les métiers dans leur adaptation à ces solutions.

Les systèmes d’information historiques, souvent obsolètes et rigides, constituent un frein à l’agilité et à l’innovation dont les entreprises ont besoin aujourd’hui. Le DSI doit piloter la refonte de ces systèmes en adoptant des architectures modernes et évolutives. Cette refonte implique des choix stratégiques majeurs. Cela peut impliquer la migration vers le cloud, l’adoption de solutions SaaS, la mise en place de microservices et l’utilisation de technologies de pointe comme le machine learning.

La transformation digitale ne se limite pas à la modernisation des infrastructures. Le DSI doit également jouer un rôle clé dans le développement de nouvelles solutions digitales qui répondent aux besoins des métiers et des clients. Les évolutions technologiques à venir vont profondément redéfinir notre manière de travailler et notre manière de collaborer dans les entreprises. Le DSI devra piloter ces évolutions et aiguiller les métiers vers les solutions adéquates. Des formations de qualité seront indispensables pour permettre ces évolutions.

Le DSI de demain sera un leader visionnaire, doté d’une expertise technique solide et d’un sens aigu des affaires. Il cherchera à maximiser les performances de son entreprise tout en gardant en surveillant et en limitant ses dépenses