Pour faire suite nos précédents billets « Plongée au cœur d’une technologie de demain : la Robotic Process Automation”, “RPA : robotic process automation, pour quoi faire ?” et “Les intérêts durables du RPA – Video”, parcourons ensemble un cas d’usage pratique à un enjeu d’actualité : la distribution des vaccins Pfizer/BioNtech et Moderna pour lutter contre la COVID-19.

RPA et Supply Chain, petite piqûre de rappel à froid

Pour la supply chain et la logistique, la technologie RPA offre une valeur unique : aider les entreprises à exécuter leurs processus de base 5 à 10 fois plus rapidement avec 37 % de ressources en moins.

Pour ce faire, elle utilise des robots logiciels pour effectuer des tâches redondantes et manuelles, afin que les humains n’aient pas à le faire. Cela permet de réduire les coûts, les erreurs et les inefficacités, comme les retards de paiement et les rejets en ligne.

Compte tenu de tous ces avantages, il n’est pas étonnant que la RPA ait entièrement sa place dans le développement d’une chaîne d’approvisionnement numérique de bout en bout. 

De nombreux cas d’usage ont d’ores et déjà été exploré par des experts, que je synthétise ici.

  • Gestion des stocks

Les stocks constituent l’épine dorsale des chaînes d’approvisionnement. Gérer les stocks pour garantir des volumes optimaux tout en assurant le suivi des données en cours de route peut être extrêmement complexe.

Et lorsque de nouvelles expéditions doivent être commandées, le robot logiciel déployé peut de lui-même passer de nouvelles commandes au bon moment.

La RPA permet également de suivre les stocks au fur et à mesure de leur circulation dans l’entrepôt. LA RPA peut automatiser ce processus, en déployant des robots logiciels permettant de suivre les stocks de l’étape de réception à celle d’expédition, tout en couvrant d’autres champs d’applications tels que le rayonnage et la production.

  • Planification de l’offre et de la demande

L’efficacité d’une chaîne d’approvisionnement dépend de la capacité des gestionnaires et des analystes à prévoir les besoins en stocks. Cela peut être long, fastidieux et source d’erreurs.

La RPA offre un moyen plus efficace et précis d’intégrer et d’analyser ces données grâce à l’automatisation des processus. Selon un ensemble spécifique de règles prédéfinies, la RPA est en mesure d’analyser les nuances et les tendances de vastes ensembles de données et l’activité d’achat des clients.

  • Gestion des commandes d’achat

L’épine dorsale de la gestion des bons de commande est un processus d’examen approfondi. Avec RPA dans la chaîne d’approvisionnement, vous pouvez exécuter les commandes d’achat en fonction de critères automatisés tels que le prix, la quantité et la régularité des achats.

Dans le cas contraire, le robot logiciel demande l’autorisation de l’administrateur par notification et exécute les bons de commande restants par l’intermédiaire des responsables de l’approvisionnement en vue d’un examen formel.

  • Gestion logistique

La gestion logistique est dictée par des tâches manuelles, où le temps est un facteur critique. La RPA apporte de l’efficacité à ces tâches et permettent de gagner du temps et de réduire les erreurs. Les logiciels fonctionnent 24/7, ce qui permet d’assurer un flux de travail efficace et évolutif pour la gestion du fret. La RPA dans la chaîne d’approvisionnement peut améliorer d’autres aspects de la gestion logistique, tels que l’optimisation des itinéraires, la comptabilité du fret et la gestion des réclamations de fret.

  • Gestion des factures

La RPA dans la chaîne d’approvisionnement peut faciliter le traitement des documents de facturation des vendeurs et des fournisseurs, avec un risque d’erreur réduit. La RPA accélère les tâches telles que l’extraction des informations des factures, et la validation et la vérification des informations, ce qui permet de libérer de la main-d’œuvre tout en garantissant un traitement précis des factures.

  • Intégration dans  l’ERP

La saisie et la migration des données peuvent devenir lourdes, répétitives et sujettes à erreur. Avec la RPA dans la chaîne d’approvisionnement, ces processus peuvent être traités automatiquement et presque instantanément, de la saisie des données de la facture à la validation et au contrôle de ces données. La RPA peut améliorer les services ERP en augmentant la qualité des informations et en réduisant les coûts liés à la saisie manuelle des données.

Vous reprendrez bien une petite dose de cas pratique ?

Nous sommes en décembre 2020, la France a pré-commandé 90 millions de doses de vaccins auprès de cinq laboratoires pour le premier trimestre 2021. Celui de Moderna doit être conservé à -20°C là où celui de Pfizer a besoin d’une conservation à -70°C (avec une tolérance de plus ou moins 10°C). 

Un défi technique et logistique, car les chaînes d’approvisionnement classiques ne sont pas préparées pour des seuils aussi extrêmes à de tels volumes. Et malheureusement, si la chaîne du froid vient à être rompue, les vaccins périmés représenteront un coût et un risque sanitaire important.

La RPA propose diverses solutions, tel que le déclenchement d’actions tout du long de la chaîne du froid, en y combinant l’Internet of Things (écosystèmes connectés), par exemple sous la forme de capteurs thermiques.

Ces capteurs, intégrés à chaque super congélateur permettraient de suivre en direct et en continu la température à laquelle sont conservés les vaccins. 

Ce monitoring permanent permettrait de rapidement prendre action lors de livraisons pour lesquelles la température augmenterait trop rapidement, en informant les responsables de laboratoire du risque encouru par le lot en temps réel.

Pour faire un pas supplémentaire, il est possible d’imaginer qu’en cas d’endommagement trop important d’un lot dû à une variation de température, la RPA permette de générer et transmettre automatiquement un rapport détaillé aux services d’assurance de l’entreprise.

Et vous, que feriez-vous si la température montait ?