Au cours d’une récente mission dans une école, un des chantiers consistait à installer un Wi-Fi performant. 

Pour mettre en place un réseau Wi-Fi, deux étapes distinctes sont nécessaires :

  • Relier le bâtiment avec la fibre optique d’un opérateur
  • Déployer un réseau Wi-Fi grâce à différents équipements : routeur USG, switches et bornes Wi-Fi

Cette deuxième étape est gérée par un prestataire. Un réseau Wi-Fi UniFi a été installé dans l’établissement de manière efficace en moins de 10 jours.

La problématique rencontrée a concerné la première étape, c’est-à-dire le raccordement à la fibre opérateur. Plus de 3 mois ont été nécessaires pour que la procédure aboutisse.

Retour sur ces mois mouvementés qui ont connus une issue favorable.

La complexité d’installer la fibre internet dans Paris

Free, un échec retentissant

Au départ, nous avons choisi l’opérateur Free Pro avec son offre jusqu’à 7 Gbit/s en réception et 1 Gbit/s en émission, soit plus de débit qu’Orange. 

Free épisode 1 : la découverte

Par expérience, nous savons que cette intervention n’est pas facile, nous avons déjà fait équiper des sites scolaires et les contraintes sont nombreuses. Nous avons prévenu par téléphone à plusieurs reprises qu’il fallait que les techniciens soient au moins deux et que l’intervention prendrait plus de temps que les 2 heures prévues habituellement. 

Un premier rendez-vous est fixé avec l’opérateur, le 27 avril à 8 heures à l’établissement. Deux techniciens viennent sur les lieux. 

Ils réalisent un premier repérage de la partie intérieure du bâtiment et nous constatons rapidement que l’opération sera difficilement réalisable aujourd’hui. En effet, la distance entre l’entrée du bâtiment et l’emplacement final de l’arrivée fibre approche les 100 mètres. 

Puis, ils souhaitent faire le repérage de la partie extérieure entre l’école et la chambre située dans la rue où se trouve l’arrivée fibre optique. Cependant, ils n’arrivent pas à ouvrir cette chambre de tirage. Ils prétendent qu’une clé spéciale est nécessaire. 

Dont acte. 

Dans tous les cas l’intervention n’aurait pas pu avoir lieu, ce qui peut être considéré comme normal au vue la complexité du site. 

Comme d’habitude, il n’est pas possible de prendre rendez-vous directement avec les techniciens. 

Fibre optique école

Free épisode 2 : le sur-place

Nous sommes donc rappelés pour une intervention le 12 mai. Au téléphone, nous précisions bien les complexités du site et la nécessité absolue d’avoir un certain type de clé pour ouvrir la chambre de tirage, de prévoir un long temps d’intervention et de venir avec deux techniciens

Nous rappelons expressément le jour avant l’intervention pour préciser à nouveau ces éléments en appuyant sur la clé. De ce fait, nous avons la conviction que ce rendez-vous sera le dernier.

Le jour de l’intervention, un seul technicien vient, différent de la première fois, et il n’a pas la clé ! Il n’est pas au courant du contexte particulier. 

Ce premier véritable échec est source de tension. Alors que nous avons spécifié plusieurs fois les problématiques, ce deuxième rendez-vous ne permet pas d’avancer d’un pouce dans le projet.

Entre-temps toute l’architecture réseau a été déployée sur le site, il ne reste plus qu’à relier l’ensemble à la fibre opérateur.

Une troisième rendez-vous est donc à programmer.

Free épisode 3 : la désillusion 

Une troisième intervention est donc prévue avec le standard téléphonique pour le mercredi 26 mai. Entretemps, nous avons appelé 5 fois Free pour les prévenir de la complexité du site et qu’il fallait absolument une clé spécifique. Nous avons demandé à parler aux techniciens, le call center nous dit qu’il est impossible de joindre directement Free Infrastructure.

Nous comprenons que toutes les demandes que nous adressons ne remontent pas ou remontent mal aux personnes concernées.
Pour résumer, il n’y pas de possibilité de communiquer avec les techniciens venant directement sur les sites mais seulement avec les personnes s’occupant de la planification. 

Lors de la troisième venue d’un technicien Free, il n’a pas la clé pour ouvrir la chambre de tirage. Il me dit qu’il n’est pas au courant et qu’il ne pourra pas intervenir aujourd’hui. Après ce troisième échec où nous n’avons pas avancé d’un pouce en presque un mois, il est décidé d’arrêter les frais avec Free.

Nous nous rapprochons d’Orange.   

Ecole installation internet

Orange, un long chemin avant de réussir

Des débuts difficiles mais avec des avancées

La première intervention avec Orange est prévue le jeudi 10 juin à 8 heures.

Nous avons prévenu à l’avance par téléphone que l’intervention était compliquée, longue et nécessitait une clé spéciale.

Le jour de l’intervention, le technicien se présente tout seul.

Comme l’intervention est longue, une deuxième est programmée avec un créneau horaire plus long et avec une deuxième personne. Ce qui me semble logique à ce stade. 

La deuxième intervention est programmée le 16 juin.

Les deux personnes se rendent à la chambre de tirage, je leur dis que Free n’a jamais réussi à l’ouvrir. Avec une simple clé, le chef d’équipe arrive à l’ouvrir. Le projet a vraiment perdu presque 2 mois pour rien. 

Ils arrivent donc à atteindre le boitier fibre dans la rue mais il faut encore relier cette chambre à l’établissement scolaire. Ils se rendent compte alors que le cheminement proposé par Orange n’est pas réalisable en l’état. En effet, quand ils envoient l’aiguille, elle ne ressort pas dans la chambre intermédiaire. Au-delà de l’explication des détails techniques, ils m’expliquent que le contexte est très compliqué. Le cheminement prévu au départ n’est plus possible.

Une étude réalisée, la fibre installée

Pour cadrer le projet, une étude est réalisée au cours d’une troisième intervention le 22 juin. L’étude permet de clarifier les éléments. Finalement deux interventions seront encore nécessaires, mais la fibre est bien installée le 7 juillet. La dernière équipe envoyée sera très efficace et effectuera un long travail de câblage interne au bâtiment pour relier la fibre à l’endroit désiré.

Avec Orange aussi, le processus a été long, un mois, mais à chaque intervention, nous avons avancé. Malgré la tâche difficile, ils n’ont pas renoncé et on voulu terminer le travail ce qui n’était pas gagné. A Paris, des projets d’installation de fibre sont régulièrement mis en échec. De notre côté, la persévérance a été un élément clé pour que le projet aboutisse.