Comment Cycloid offre aux entreprises un framework « DevOps » ? – entretien avec son fondateur Benjamin Brial


DevOps, le terme est de plus en plus présent dans les organisations, mais que signifie-t-il ? Il peut faire référence à plusieurs concepts selon le contexte :

  • D’un point de vue managérial, il s’agit d’une démarche visant à casser les silos entre les équipes de développement et les équipes d’exploitation, fluidifier la communication et les processus au fur et à mesure du projet de déploiement d’un SI,
  • D’un point de vue RH, le terme désigne ce nouveau type de poste aux compétences transverses de développement et d’ingénierie système, en interface entre les équipes de développement et d’exploitation,
  • D’un point de vue projet SI, il s’agit d’une nouvelle méthode, poussant encore plus loin l’agilité afin de paralléliser et fusionner les étapes de développement, d’intégration puis de mise en production et exploitation des SI.

Enfin cette nouvelle approche s’appuie sur un framework DevOps intégrant toutes les fonctionnalités nécessaires à la gestion des déploiements et d’infrastructures Cloud et on-premise pour tout type d’applications et d’outils autour de la gestion de configurations, de monitoring, de suivi des coûts d’hébergement…

Aujourd’hui je vous propose l’éclairage pointu de Benjamin Brial, fondateur de Cycloid pour comprendre un peu mieux les enjeux sous-jacents au concept de DevOps.

Cycloid offre un framework DevOps de bout en bout pour simplifier l’adoption du DevOps et du Cloud

A quels enjeux répond Cycloid ?

L’enjeu est de taille : les silos au sein des départements IT sont profondément ancrés, les objectifs distincts voire opposés entre les équipes de développement et les exploitants dans une DSI. Les premiers doivent produire vite, faire évoluer des applicatifs en fonction des besoins métiers (leurs clients internes), les seconds doivent maintenir des infrastructures mouvantes et assurer la disponibilité des applicatifs (pour les métiers aussi) ! Il existe donc des frictions naturelles entre recherche de flexibilité et besoin de stabilité.

Par ailleurs, il est difficile de recruter ou de former des DevOps et ces profils sont souvent surchargés. De plus, les outils sont de plus en plus nombreux à intégrer et maintenir et les hébergements sont tout aussi divers : on-premise, Cloud privé, public, etc. Le PaaS (Platform as a Service) n’est pas la réponse à tous les besoins. Il y a besoin d’automatisation, de neutralité et de consolidation.

Quelle solution apporte Cycloid ?

Cycloid apporte à la fois une offre de produit et service en direct ou via un réseau de partenaires. Nous mettons à disposition de nos clients un framework DevOps en SaaS public, dédié ou on-premise visant à simplifier et optimiser la démarche DevOps et l’adoption du Cloud privé avec Vmware / Openstack, public avec Amazon Web Services, Flexible Engine d’Orange Business Services, Google Cloud Platform et Microsoft Azure notamment. La solution est interopérable avec tout ce qui s’appelle en API.

Cycloid articule son offre autour d’un framework DevOps qui couvre l’intégralité du cycle de développement, du dépôt de code à la production. Vous y trouverez :

  • TerraCognita : un reverse Terraform vous permettant de générer votre infra as code à la volée depuis votre compte cloud
  • StackCraft : un designer d’infrastructure en glisser-déposer générant votre infra as code sur Terraform
  • InfraView : une fonctionnalité permettant de visualiser votre schéma d’architecture à jour
  • Service Catalog : un catalogue de services proposant des modèles pré-configurés (stacks)
  • Une pipeline CI/CD embarquée avec Concourse, Ansible, Pacer, K8S, Terraform pour une orchestration complète

Sont également inclus le monitoring, les logs, les évènements et la gestion sécurisée des identifiants et mots de passe, une présentation globale des infrastructures et des applications et une vue détaillée des coûts d’hébergement.

La solution est par ailleurs totalement interopérable avec des outils déjà intégrés chez le client.

Comptant parmi les rares acteurs français certifiés Advanced Technology partner par AWS, la société cible aussi bien les grands comptes souhaitant industrialiser leur approche DevOps en comblant les briques manquantes que les petites équipes cherchant à s’outiller de bout en bout.

Ce qu’il faut comprendre et ce sur quoi nous apportons notre expertise et notre aide aux enjeux majeurs avec Cycloid, c’est la triple révolution que les Ops vivent actuellement :

  • La révolution du Cloud qui bouleverse les traditionnels déploiements sur serveurs physiques
  • Le développement de l’automatisation : ce qu’on peut appeler « infrastructure as code »
  • L’agilité et le déploiement continu apporté par le DevOps

DevOps selon Cycloid, c’est quoi ?

Le DevOps se caractérise par trois aspects selon nous :

  • Culturel : l’organisation se doit d’évoluer, casser les silos, remettre en question les processus traditionnels et habituels
  • Humain : les compétences des équipes DevOps sont au cœur de la démarche et permettent la transversalité des activités (développement, opérations, automatisation)
  • Outillage : un framework est le support essentiel à l’accompagnement de la démarche DevOps pour simplifier les processus et piloter l’activité de bout en bout. En centralisant tous les outils, types d’applications et d’hébergements et en rassemblant les équipes au sein d’une console collaborative, il offre le bon outil à chaque étape (dépôt de code, gestion de configuration, infrastructure as code, monitoring…)

Derrière cette démarche il y a surtout des gains considérables à évaluer comme la diminution du time to market, la réduction des problèmes en production, l’amélioration de la communication et de la collaboration dans les équipes, la fluidité des processus, davantage de flexibilité sur les infrastructures, l’économie de ressources…

Bref, le DevOps selon Cycloid c’est optimiser les ressources, donner de la visibilité à toutes les parties prenantes, automatiser le plus d’actions possible et utiliser de manière efficiente le Cloud.

Cycloid : bilan et avenir d’une société en plein essor

Comment se positionne Cycloid sur son marché ?

Il n’y pas vraiment d’équivalent à notre framework DevOps sur le marché. Nous sommes en concurrence avec une poignée de sociétés dans le monde sur des modules spécifiques à chaque fois et nous sommes leader sur le marché français, les autres sont sur le marché américain. Seulement un quart des entreprises ont adopté des démarches Cloud et DevOps, auprès desquelles nous pouvons apporter notre framework et notre accompagnement. Mais cela veut aussi dire qu’il reste 75% des entreprises à « évangéliser » et accompagner dans la transition vers les pratiques et technologies du Cloud.

Quels sont les enjeux et nouveaux défis pour Cycloid en 2020 ?

Notre bilan après presque 5 ans d’activité, nous avons signés de manière organique des start-ups comme des clients grands comptes, implantés dans plusieurs pays européens (gros consommateurs de Cloud), nous réalisons un chiffre d’affaires de plusieurs millions d’euros, et nous pouvons compter sur un solide réseau de partenaires tant sur l’intégration que l’accompagnement et la conduite du changement auprès de nos clients.

En termes d’objectifs, la levée de fond de 4.5 millions d’euros réalisée auprès d’Orange Digital Venture et de la BPI en avril 2019 nous a permis d’accélérer le développement commercial et marketing en France et nous ambitionnons d’ouvrir plusieurs pays en Europe en direct. Nous prévoyons également de former de nouveaux partenariats technologiques.

Cycloid c’est aussi un modèle d’entreprise libérée

Qu’est ce qui t’a amené à créer Cycloid ?

Initialement, je n’avais pas spécialement envie de monter ma boite ; d’ailleurs je n’aime pas trop le terme « start-up » que je trouve assez galvaudé, qui fait briller des étoiles dans les yeux avec malheureusement des résultats en-dessous des promesses qu’il véhicule à ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure.

Je travaillais à la direction commerciale d’une entreprise rachetée par un gros concurrent américain. J’avais à l’époque développé une nouvelle façon de travailler au sein de l’équipe commerciale, cassant les silos et les codes (prime collective et égale pour tous, un seul objectif commun à l’équipe).

Peux-tu nous expliquer le modèle d’entreprise que tu as créé ?

Après cette expérience, j’ai voulu pousser le modèle plus loin et le seul moyen était de créer ma propre entreprise. Mon ambition au quotidien est de repenser l’organisation pour qu’elle s’adapte aux gens et non l’inverse, aligner les intérêts de chacun avec ceux de la société, impliquer les équipes dans l’organisation et les décisions… C’est très stimulant d’avoir un projet d’entreprise, un projet collectif. Mon objectif est de concilier la croissance de l’entreprise avec le bien-être au travail.

Pour donner quelques exemples concrets, nous avons un ADN remote first ce qui implique que la quasi totalité des collaborateurs travaillent à distance et sont répartis dans plusieurs pays en Europe ; nous attachons beaucoup d’importance à la responsabilisation de tous. Nous avons aussi une transparence totale sur les salaires, les recrutements sont collectifs. Nous impliquons toute l’équipe dans la prise de décisions structurantes pour l’entreprise en nous réunissant tous les 4 mois pour définir ensemble la stratégie du trimestre suivant. Aussi, chacun est libre de se positionner sur les projets internes qui lui tiennent à cœur.

Tout cela ne se fait pas en un jour, nous progressons par itérations, par tâtonnement, il n’y a pas une seule bonne réponse mais autant de modèles que d’entreprises.

Quel retour pourrais-tu faire sur ton expérience d’entrepreneur ?

Entreprendre c’est prendre des risques : partir de zéro sans salaire, ce n’est pas donné à tout le monde.

Pour donner quelques chiffres : 9 start-up sur 10 ne passent pas le cap des 3 ans. En France, en 2018, il y a eu 500 levées de fonds pour 4,5 milliards d’euros ; mais après investissement, seul un tiers des start-up arrive à poursuivre leur activité. Sur ce dernier tiers, à peine 1% deviennent des success stories, les autres arrivent seulement à rembourser l’investissement initial.

Il faut donc être pragmatique, écouter le marché et les besoins des clients, prendre le temps de développer quelque chose qui a du sens et s’entourer des personnes souhaitant travailler en équipe. L’équipe et les personnes, c’est ce qu’il y a de plus important !

Pour plus d’information, c’est par ICI !

Flavie Joos

Flavie a suivi un cursus d’ingénieur généraliste puis s’est spécialisée sur des sujets d’organisation et de performance des entreprises aux Mines Paris. Possédant une première expérience dans le conseil en management, elle a participé à la mise en œuvre de démarches Lean au sein d’entreprises industrielles. Passionnée par les thématiques d’innovation et de transformation, Flavie a rejoint ISlean consulting en 2016.

About the Author:

Flavie Joos
Flavie a suivi un cursus d’ingénieur généraliste puis s’est spécialisée sur des sujets d’organisation et de performance des entreprises aux Mines Paris. Possédant une première expérience dans le conseil en management, elle a participé à la mise en œuvre de démarches Lean au sein d’entreprises industrielles. Passionnée par les thématiques d’innovation et de transformation, Flavie a rejoint ISlean consulting en 2016.

Leave A Comment