Impact des grèves sur les moyens numériques de travail et de transport


Impact des grèves sur les moyens numériques de travail et de transport

Cet article résulte d’un questionnaire que nous avons ouvert du 19 au 31 décembre 2019 auprès de nos contacts. Nous avons constaté que depuis début décembre, nos moyens habituels de travail et de déplacement ont été fortement impactés par la grève des transports.

Contexte et objectifs de cet article

Travaillant souvent avec des clients, ce nécessitant des déplacements en avion ou en train, nous avons pris l’habitude d’utiliser de nouveaux moyens de travail, quand cela est pertinent et permet d’éviter de se lever à 5h du matin et rentrer à 23h juste pour une réunion de travail qui peut parfois mieux se dérouler en vidéoconférence avec partage d’écran et élaboration de document collaborative qu’en présence physique.

Ces moyens, vidéoconférence, partage d’écran, élaboration collaborative, partage de document, sont arrivés à maturité technologique grâce notamment à l’augmentation des débits des réseaux Fixes et Mobiles, la réduction de la latence, et l’amélioration des solutions de type Google Suite que nous utilisons au sein de notre cabinet, ou d’Office 365, plus introduit mais encore moins performant.

Nous nous sommes rendus compte, devant la difficulté de ceux d’entre nous ne disposant pas de deux-roues motorisés à se déplacer, que de nombreuses autres choses pouvaient être réalisées à distance : réunion de formation, atelier à 20 personnes.

Nous avons aussi réalisé ce que permettent, ou pas, les nouveaux moyens de mobilités apparus ces cinq dernières années, qu’on recouvre sous le vocable issu de l’informatique Mobility as a Service, MaaS, car largement basés pour la plupart d’entre eux sur des plateformes numériques de gestion et facilement accessibles depuis n’importe quel smartphone.

Ces expériences, conduites contraints et forcés par les grèves, ont ouvert les yeux de certains d’entre nous qui n’avaient pas réalisé à quel point les outils aussi abordables que ceux fournis par les suites collaboratives, étaient devenus à ce point efficaces et performants.

Cela va occasionner un basculement de pratiques pour plusieurs d’entre nous, et nous avons voulu savoir si d’autres que nous avaient aussi constaté un tel basculement de pratiques.

Le but de cet article est de dépouiller et analyser les réponses aux questions obtenues à notre questionnaire.

Outils utilisés et performance

Le questionnaire est un “Forms” de la suite Google. Le moyen de diffusion est un mail envoyé via HubSpot à un échantillon de nos contacts comptant 1 214 mails, dont 826 ont été remis, 313 ouverts, et 76 cliqués pour accéder au questionnaire.

Nous avons eu 52 réponses au questionnaire, dont une en double, et une réponse humoristique, donc nous avons retenu 50 réponses utilisables.

27 répondants ont donné leurs coordonnées pour recevoir les résultats. Sur ces 27 répondants, nous savons que 25 sont Franciliens, soient 95%.

La répartition dans le temps des réponses a suivi cette courbe :

Le questionnaire a été ouvert le jeudi 19 décembre à 23h50, et est resté ouvert jusqu’au 31 décembre à 10h du matin. Il y a eu 90% des réponses moins de 24h après la publication.

Les réponses ont été exploitées dans le Google Sheets de résultats, avec les fonctionnalités de tableaux croisés dynamiques et les moteurs graphiques. Ce document de synthèse a été produit avec Google Docs.

Exploitation des résultats

Quelle est votre système de collaboration principal ? (plusieurs réponses possibles)

A la question “Quelle est votre système de collaboration principal ? (plusieurs réponses possibles)”, nous avons eu la moitié des répondants (49%) qui utilisent Office 365, qui confirme sa position de leader du marché. Google Suite est utilisé par 35% des répondants, et Dropbox 8%. A noter que 6% des répondants disent n’avoir aucun système de collaboration.

Avez-vous davantage utilisé les outils numérique dans votre quotidien professionnel pour pallier la réduction des moyens de transport ? Si oui, quels moyens avez-vous utilisé ? (plusieurs réponses possibles)

Un quart des répondants n’ont pas changé leurs habitudes, 57% ont utilisé des réunions téléphoniques ou des vidéoconférences.

Près de la moitié (47%) ont utilisé le partage de documents en ligne, et un peu moins d’un tiers (27%) ont utilisé l’élaboration de document collective en ligne.

Si on examine la différence entre les utilisateurs de Google Suite et de Office 365, nous avons ces répartitions :

Google Suite

Office 365

Pour pallier les grèves, il apparaît que les utilisateurs de Google Suite utilisent pour plus de trois sur quatre (78%) la videoconférence Google Meet, contre 50% pour les utilisateurs de Office 365. Peut-on interpréter cela par la difficulté à utiliser Skype, alors que Google Meet fonctionne de mieux en mieux ?

Le partage de document est utilisé par 50% des utilisateurs de Google suite, contre 72% des utilisateurs de Office 365.

En revanche, 89% des utilisateurs de Office 365 utilisent la conférence téléphonique, contre 44% des utilisateurs de Google Suite. La question ne demandait pas si cette téléphonie est classique, ou via Internet.

L’élaboration collective de document monte à 39% des utilisateurs de Google Suite, contre 28% de Office 365.

La même proportion de personnes, 22%, explique ne pas avoir changé ses pratiques du fait des grèves.

Quels sont les moyens dont vous avez découvert la pertinence et la performance et que vous allez dorénavant davantage utiliser ? (plusieurs réponses possibles)

Pour 51% des répondants, aucun moyen découvert ne sera davantage utilisé à l’avenir.

La Video conférence, le partage de document en ligne et l’élaboration collective de documents seront à l’avenir plus utilisés pour respectivement 31%, 24% et 14% des répondants.

Voyons ce que cela donne lorsqu’on distingue les utilisateurs de Google Suite et ceux d’Office 365.

Google Suite

La video conférence aura gagné 50% des utilisateurs de Google suite. 4 utilisateurs sur 5 (39%) déclarent ne rien changer à l’avenir. Pour le partage de document et l’élaboration collective, les pourcentages montent à 22% (contre 24% sur l’ensemble) et 17% (contre 14% pour l’ensemble).

Office 365

Les utilisateurs de Office 365 ne seront que 18% à utiliser davantage la video conférence, contre 50% pour les utilisateurs de Google Suite.

3 utilisateurs sur 5 (59%) ne changeront rien à leurs pratiques actuelles, soient elles sont déjà avancées, soient les outils n’offrent rien permettant de travailler mieux de leur point de vue.

Impacts sur le télétravail

Avez-vous pu télé travailler, et dans quelle mesure ?

65% des personnes, plus de 2 sur 3, ont pu télétravailler autant que souhaité par elles. Seules 16% ont été limitées, et 8% empêchées. 6% ont considéré que le travail en face à face leur était indispensable.

Si vous avez pu télé travailler un grand nombre de jours, qu’en avez-vous pensé ?

2 répondants sur 3 considèrent que le télétravail est pertinent, mais pas au-delà d’une certaine mesure, le contact proche avec les collègues leur étant nécessaire. Cela montre à quel point les rencontres et discussions non prévues sont nécessaires au travail.

Il y a tout de même près de 30% des répondants qui pensent que le télétravail total est “pratique et génial”. Il serait intéressant de creuser pour savoir s’il semble possible à ces répondants de se passer totalement de rencontres professionnelles, s’ils travaillent de chez eux ou d’un espace de coworking proche de chez eux, ce que ce questionnaire n’avait pas pour but d’explorer.

Impacts sur la mobilité

Le même type de question a été posé : quelles nouvelles mobilités avez-vous expérimentées, et parmi elles, lesquelles utiliserez-vous davantage dorénavant.

Quels sont les nouveaux moyens de mobilité que vous avez utilisés ? (plusieurs réponses possibles)

37% des répondants n’ont pas utilisé de nouveaux moyens de transports. Il semblerait que 2 Franciliens moyens sur 5 ait déjà trouvé le Graal du déplacement, ou bien ait été tout à fait bloqué et n’ait trouvé aucune alternative à ses moyens de mobilité habituels.

Un résultat qui doit forcer les thuriféraires des nouvelles mobilités à l’humilité : la médaille d’or des moyens alternatifs pendant les grèves parmi nos répondant est… la marche à pied, avec 22% des répondants.

Le vélo à propulsion musculaire arrive ensuite, à égalité entre les vélos personnels et ceux en flotte, pour 12% et 12% des répondants.

Les flottes de VTC on séduit 10% des répondants.

Vélos à assistance électrique, en flotte ou personnel, scooter et covoiturage arrivent ensuite, suivis de la voiture personnelle, à égalité avec les trottinettes électriques.

Au total, si on compte les vélo en flotte, électriques ou non, les VTC, le covoiturage, les trottinettes et Taxis dans les moyens de mobilité nouveaux, 22 répondants, soient près de 45%, les ont expérimenté pendant ces grèves.

Parmi les nouveaux moyens que vous avez utilisés, lesquels pensez-vous utiliser davantage à l’avenir ? (plusieurs possibles non exclusifs)

Qu’en restera-t-il ? Pour près de la moitié des répondants (47%), rien. Le Francilien, dans sa ville-monde de 12 millions d’habitants, aurait-il déjà trouvé son moyen de transport idéal ?

Il semble, loin derrière avec 14% des répondants, que ce soient les vélo en flotte qui tirent leur épingle du jeu, suivis de près par les vélos personnels et la marche à pied.

Les offres de MaaS ne semble pas encore tout à fait mûres.

Remarques libres

11 personnes, dont un plaisantin, ont formulé des remarques libres. Les voici :

  1. “Appeler les gens qui sont aussi en home office et donc plus libres en temps ou en confidence”
  2. “Ces moyens étaient déjà connus et ne constituent pas une découverte. Leur utilisation s’en est simplement retrouvée renforcée”
  3. “De nationalité française, résidant à l’étranger et travaillant dans un environnement interconnecté, j’ai appris à vivre dans l’incertitude et la complexité, c’est même mon quotidien. Je sais les gérer et j’ai donc pour habitude de m’adapter, de chercher des solutions et d’en trouver. Cependant, pour la première fois de ma vie, j’ai jeté l’éponge et annulé tous mes rendez-vous. Peut-être parce qu’aussi, pour la première fois de ma vie, je suis convaincue que si l’herbe n’est certes pas plus verte ailleurs, mon pays de résidence m’offre le rêve, l’espoir ou l’illusion que tout y est encore possible, plus en France”
  4. “Idée géniale !”
  5. “Il faut encourager les chefs d’entreprise et DRH à favoriser le télétravail quand l’emploi s’y prête, faire confiance aux collaborateurs“
  6. “Il m’a été très difficile de savoir les transports qui fonctionnaient ou pas.”
  7. “J’utilise depuis longtemps au quotidien les outils collaboratifs”
  8. « J’aime beaucoup le message de la chef de projet de la mairie de paris pour l’aménagement des pistes cyclables : https://www.linkedin.com/posts/charlotte-guth-554b92110_english-below-certains-mont-dit-sur-ma-ugcPost-6609908425872801792-KECD.
    Regarder le nombre d’utilisateur de vélo un jour de grève RATP, SNCF c’est un peu comme regarder la météo en hiver et questionner le réchauffement climatique : https://twitter.com/realdonaldtrump/status/408977616926830592?s=21.
    Beaucoup de changement à venir sur la façon de travailler. Merci pour ce sondage »
  9. “Moyens déjà utilisés avant, pendante et après ; Grèves = arrivée plus tôt – c’est tout – Pas plus de télétravail”
  10. “Un questionnaire dont les réponses et l’interprétation seront intéressantes !”
  11. “I’m usually paid for my réflections you pense pas petit salopiot avide qui suce la moelle des pauvres handicapés du clic que je vais te faire cadeau de mon précieux jus de cerveau pour que tu te paluches avec.”

Personnes ayant demandé à recevoir les résultats

27 personnes, sur les 50, ont demandé à avoir les résultats de ce sondage et ont laissé un mail à cette fin.

Conclusions

Nous avons voulu savoir si et comment, comme toute crise, la grève avait modifié des comportements, en matière d’usage du numérique au travail, de télétravail et de mobilité.

Les usages du numérique au travail qui auront le plus progressé parmi nos 50 répondants sont la video conférence, notamment pour les utilisateurs de Google Suite, et la téléconférence (vocale), notamment auprès des utilisateurs de Office 365.

Le télétravail a été très largement utilisé, par plus de 2 répondants sur 3, et dans une proportion quasi identique, jugé comme satisfaisant mais ne remplaçant pas dans la durée le partage d’un espace physique avec ses collègues, et la sérendipité qui va avec.

En matière de mobilité, nos répondants Franciliens ont peu utilisé de nouveaux moyens (37% aucun et 22% marche à pied) et vont peu changer leurs habitudes (47%). Les moyens nouveaux qui surnagent sont les vélos de toutes sortes, personnels ou en flotte, à assistance électrique ou non, avec le covoiturage, mais chacun d’entre ces moyens n’ont été cités que par 4 à 6 personnes sur 50, cela reste donc modeste.

Le Francilien, dans sa ville-monde hyper dense de 12 millions d’habitants, aurait-il déjà trouvé son moyen de transport idéal ? Ou bien les offres de MaaS sont-elles bien adaptées aux spécificités de l’Île de France ?

Philippe Kalousdian

Philippe Kalousdian a fondé ISlean consulting avec Eric Villesalmon en 2008. Son métier consiste à apporter le progrès technologique aux décideurs. Il a débuté comme ingénieur du cycle nucléaire à SGN/Areva. Il rejoint Bossard-Gemini consulting en 2000. Philippe est diplômé de MINES ParisTech, membre CA MINES ParisTech Alumni de 2010 à 2018, est membre fondateur de X-Mines Auteurs et du MOM 21. Il aime le ski et la moto. Il connecte des univers lointains, ce qui crée de la valeur par sérendipité. Depuis 2014, il accompagne des start-up, dont Color Grail et AYO Lab.

About the Author:

Philippe Kalousdian
Philippe Kalousdian a fondé ISlean consulting avec Eric Villesalmon en 2008. Son métier consiste à apporter le progrès technologique aux décideurs. Il a débuté comme ingénieur du cycle nucléaire à SGN/Areva. Il rejoint Bossard-Gemini consulting en 2000. Philippe est diplômé de MINES ParisTech, membre CA MINES ParisTech Alumni de 2010 à 2018, est membre fondateur de X-Mines Auteurs et du MOM 21. Il aime le ski et la moto. Il connecte des univers lointains, ce qui crée de la valeur par sérendipité. Depuis 2014, il accompagne des start-up, dont Color Grail et AYO Lab.

One Comment

  1. Avatar
    Bescond 13|01|2020 at 10:43 - Reply

    Excellent Philippe ! Je félicite Islean de cette initiative qui porte un regard assez vrai sur des questions comportementales. On devrait multiplier les questionnaires sur des sujets du quotidien afin de comprendre (je n’ai pas dit écouter !) les comportements et les aspirations des hommes (et des femmes).

Leave A Comment