Je donne des cours dans des écoles de commerce et à l’Université, et j’ai été marqué par la vitesse à laquelle les étudiants se sont appropriés les solutions proposées par l’intelligence artificielle. Alors que la phase de confirmation des vœux vient de se terminer sur Parcoursup, je vous propose dans cet article un focus sur la Gen Z et l’usage de l’IA dans leurs études.

L’étude menée par Diplomeo 

Diplomeo a mené une étude dont l’objectif est de comprendre les usages de l’IA par la Gen Z dans les études. L’étude a été menée auprès d’un échantillon de 560 répondants âgés de 16 à 25 ans. Pas de surprise. Les étudiants ont vite compris les bénéfices qu’ils peuvent tirer de l’intelligence artificielle au quotidien dans leurs études.

Les principaux enseignements de l’étude sur la Gen Z et l’usage de l’IA dans les études

. 79% des personnes interrogées utilisent un outil d’IA pour leurs études ou leur orientation
. Parmi eux, 55% l’utilisent au moins une fois par mois, 25% toutes les semaines et 21% une fois par jour
. Près de 8 jeunes sur 10 l’utilisent pour s’aider pendant leurs cours
. Seuls 28% des jeunes interrogés utilisent l’IA comme outil d’orientation
. 44% des 16-25 ans utilisent l’IA pour les aider à rédiger leur lettre de motivation

Pourquoi une utilisation aussi rapide et massive ? Parce que l’IA est vue comme un facilitateur des tâches rébarbatives du quotidien. Parmi les usages les plus fréquents de l’IA, les étudiants l’utilisent pour la production de contenu (61%), pour trouver de l’inspiration (46%), ainsi que pour acquérir rapidement des connaissances (41%).

Dans le cadre de leurs études, 8 jeunes sur 10 utilisent l’IA pour leurs cours. Parmi les usages principaux, les étudiants l’exploitent pour créer un plan de devoirs (56%), corriger les fautes (55%) et pour réviser (39%).

L’IA pour structurer un exposé mais pas pour trouver son école ?

Les étudiants ont un usage intensif des outils d’intelligence artificielle dans le cadre des études, mais ils utilisent moins l’IA lorsqu’il s’agit de s’orienter. 76% des 16-25 ans ont répondu “non” à la question “As-tu déjà utilisé l’IA pour chercher une école ?”.

Mais ce constat est à préciser en fonction de l’âge. La tranche des 17-20 ans est la plus active dans son usage de l’IA en matière d’orientation. Normal : Parcoursup, réorientations fréquentes en première année, poursuite d’études après un bac+2 ou un bac+3, ils sont davantage confrontés aux questions d’orientation. Près de 40% utilisent l’intelligence artificielle pour s’orienter et obtenir des suggestions de métiers, secteurs et formations qui leur correspondent, contre environ 30% chez les plus de 21 ans. 1 sur 3 en fait usage pour chercher une école contre 1 sur 5 du côté de leurs aînés.

L’utilisation de l’IA pour la lettre de motivation, à contre indiquer ?

Les étudiants sollicités sont 44% à utiliser l’IA pour rédiger une lettre de motivation pour candidater à une formation. L’utilisation de l’IA pour leur vie professionnelle est moins importante : ils sont 21% à faire appel à ChatGPT ou autre outil pour postuler à un job étudiant, 20% à un stage et 19% à une alternance.

Les chiffres ne sont pas élevés, mais ils m’ont néanmoins interpellé : l’usage de l’IA est elle pertinente pour une tâche qui nécessite de bien se connaître, d’identifier ses forces et ses compétences, afin de les valoriser dans un courrier destiné à des recruteurs ?

Les étudiantes ont un usage plus mesuré de l’IA

A première vue, pas de différence dans l’usage de l’IA par les garçons et les filles de la Gen Z : cette technologie a été adoptée aussi bien par les étudiantes que par les étudiants (77% pour les femmes contre 79% pour les hommes). C’est dans la régularité de la pratique que les chiffres changent. 50% des femmes de 16 à 25 ans ont un usage peu régulier de l’IA, contre 40% des hommes. Elles sont 16% à bénéficier des atouts de cette innovation au quotidien, alors que leurs homologues étudiants sont 26% à admettre se connecter quotidiennement à des sites comme ChatGPT.

Elles sont également moins nombreuses (32%) à exploiter cette technologie pour rédiger des devoirs que leurs homologues masculins (38%). Les étudiantes plébiscitent peu l’IA pour réviser (29% contre 49% chez les étudiants).

Sensibiliser les étudiants et les former à l’usage de l’IA

Expliquer les limites de l’outil

Pas de doute, la Gen Z s’est vite emparée de l’usage de l’IA dans les études. Si les étudiants l’utilisent sans les enseignants, autant les accompagner pour qu’ils en aient la meilleure utilisation possible : par exemple analyser les réponses, garder les éléments corrects et écarter ceux qui ne sont pas assez précis. C’est en tout cas mon approche. En les confrontant aux erreurs de l’IA, je montre aux étudiants la nécessité d’avoir du recul et de multiplier les sources. Il faut leur faire comprendre que ce n’est pas un outil magique qui fera le travail à leur place.

L’impulsion du gouvernement

La Commission de l’intelligence artificielle a été instaurée par le gouvernement en septembre 2023. Elle a présenté son rapport au président de la République le 13 mars 2024. Trois recommandations se concentrent sur la formation initiale et continue. Un des points principaux est l’appel à « généraliser l’usage de l’IA dans tous les établissements d’enseignement supérieur et à sensibiliser les élèves du secondaire ». L’investissement préconisé est de 1,2 milliard d’euros sur cinq ans. Le rapport souligne également l’importance d’encourager les enseignants à utiliser l’IA dans leurs cours, avant d’intégrer la formation à l’IA dans les nouveaux programmes.

Le sujet de la formation professionnelle est également abordé. La Commission la considère comme un outil essentiel pour faire face aux transformations induites par l’IA dans les métiers. Elle recommande ainsi d’investir 200 millions d’euros sur cinq ans dans ce domaine

Rien de mieux que des initiatives au plus près du terrain

De nombreuses Ecoles et Universités ont déployé des programmes visant à doter la communauté étudiante des compétences et connaissances nécessaires pour intégrer efficacement l’IA dans leurs études.

Citons par exemple l’Université de Montpellier. Elle s’est engagée en novembre 2023 auprès de la région académique Occitanie à ce que chaque enseignant et chaque étudiant dispose de toutes les connaissances nécessaires à éclairer son rapport à l’IA.

L’action de l’Université de Montpellier se structure autour de trois axes principaux :

. Débattre des enjeux de l’intelligence artificielle, en visant en particulier la lutte contre toute forme de discrimination ou de désinformation
. Former aux usages et à l’utilisation des IA en apportant toute forme de témoignage et de rencontres avec des réalisations concrètes
. Former au socle scientifique, technique, réglementaire et éthique de l’IA

Conclusion

L’usage de l’IA dans les études par la Gen Z se généralise. Dans son article « Du machine learning dans les écoles », Philippe Kalousdian avait ainsi attiré notre attention sur l’apprentissage de la maîtrise de l’IA en entraînant un petit robot. Il est nécessaire d’accompagner les étudiants dans la prise en main de ces outils. Pour la majorité d’entre eux, l’IA sera très présente dans leur quotidien professionnel. Familiariser les étudiants avec les outils de l’IA, c’est contribuer à leur employabilité et les aider à trouver leur place sur le marché de l’emploi.