Photo prise par svklimkin

Alors que la dématérialisation des services publics est devenue un enjeu crucial pour les gouvernements du monde entier, Malte, petit archipel méditerranéen de 500 000 habitants, se distingue par sa performance remarquable en matière d’e-gouvernement. Elle a intégré le classement mondial 2022 des Nations Unies en 2022 en offrant à ses citoyens un accès fluide et sécurisé à une large gamme de services publics en ligne. Malte est également classée 1ère du e-Government Benchmark 2022 publié par la Commission Européenne. Comment ce succès peut-il inspirer la France, alors en quête d’amélioration de sa propre dématérialisation administrative.

Malte : champion de l’e-gouvernement, un modèle inspirant pour la France ?

L’e-gouvernement Maltais, un succès affirmé

Plusieurs facteurs expliquent la position dominante de Malte dans le domaine de l’e-gouvernement :

Vision stratégique claire

Dès 2014, Malte a défini une stratégie nationale ambitieuse pour l’e-gouvernement, « Vision 2020: Malta as a Digital Republic ». Celle-ci a fixé des objectifs clairs, mobilisant l’ensemble des acteurs concernés (gouvernement, administrations publiques, entreprises, citoyens). Cette stratégie est poursuivie aujourd’hui avec Malta Digitali. Son but : maintenir la place de Malte comme leader en transformation digitale tout en restant à l’écoute des opportunités et challenges. En comparaison, la France a adopté une stratégie nationale pour le numérique en 2019 : « France Numérique 2022« . Cependant, cette stratégie manque de précision et de lisibilité pour les citoyens et les acteurs économiques.

Investissements conséquents

Des investissements importants ont été réalisés dans les infrastructures numériques. Par exemple, le déploiement d’un réseau fibre optique performant permet à  la quasi totalité de la population d’avoir accès à internet. En effet, la part des ménages ayant accès à internet est passée de 80,32% en 2014 à 90,35% en 2020 (93,54% en 2023), source : Statista. La formation des agents publics à l’utilisation des outils numériques a également fait l’objet d’investissements importants. Cela a notamment amélioré la maîtrise des technologies et la qualité du service rendu aux citoyens. En France, les investissements dans les infrastructures numériques ont été insuffisants ces dernières années. Cela a ainsi freiné le développement de l’e-gouvernement. De plus, la formation des agents publics aux outils numériques reste un chantier en cours.

Culture numérique forte

La population maltaise est largement connectée à internet et utilise activement les outils numériques. Cela a facilité l’adoption des services en ligne. Cette culture numérique forte est également le résultat d’une politique d’éducation numérique volontariste. Elle a visé à la sensibilisation les citoyens dès leur plus jeune âge aux avantages des technologies numériques. En France, la culture numérique est moins développée, notamment chez les personnes âgées et dans les zones rurales. Il y a donc une nécessité de réduire la fracture numérique afin de pouvoir développer efficacement les services publics numériques.

Simplicité et accessibilité

Les services publics dématérialisés à Malte sont conçus pour être simples d’utilisation et accessibles à tous, y compris aux personnes peu familières avec les technologies numériques. Les démarches sont clairement expliquées, les formulaires sont intuitifs et des supports d’accompagnement sont disponibles en ligne et en présentiel. En France, certains services publics dématérialisés restent complexes et peu accessibles, notamment pour les personnes âgées et les personnes handicapées. Simplifier les démarches et améliorer l’accessibilité des services en ligne est un enjeu majeur de la transition numérique.

Priorité à la cybersécurité

La protection des données personnelles et la cybersécurité sont des priorités absolues pour les autorités maltaises. Un cadre juridique robuste est en place pour protéger les données des citoyens. Il s’accompagne de mesures techniques strictes pour sécuriser les plateformes numériques. La sensibilisation des citoyens aux enjeux de la cybersécurité est également au cœur des actions menées par les autorités . En France, la cybersécurité est également une priorité, mais des efforts restent nécessaires pour renforcer la protection des données personnelles et pour mieux lutter contre les cyberattaques.

Exemples concrets de réussite de l’e-gouvernement Maltais

Identification numérique unique: chaque citoyen maltais dispose d’une carte d’identité électronique, la « eID », qui sert de clé d’accès sécurisée à l’ensemble des services en ligne. Cette carte, dotée d’un haut niveau de protection des données personnelles, simplifie considérablement les démarches administratives et renforce la confiance des citoyens.

Demande de permis de construire en ligne: elle permet d’accélérer le traitement des dossiers et de réduire les délais d’attente. En France, la demande de permis de construire en ligne est possible, mais elle reste complexe et peu utilisée.

Services de santé en ligne: les citoyens peuvent prendre rendez-vous chez leur médecin, consulter leurs résultats d’analyse et renouveler leurs ordonnances en ligne. Une unique plateforme à chaque citoyen d’accéder à toutes ses informations : https://myhealth.gov.mt/. Cela simplifie le suivi médical des citoyens Maltais. En France, les services de santé en ligne se développent, mais ils restent encore peu utilisés et non interconnectés.

Leçons à tirer pour l’e-gouvernement Français

Le succès de Malte en matière d’e-gouvernement offre de précieuses leçons à la France, qui cherche à améliorer sa propre dématérialisation administrative :

  • La France doit définir une stratégie nationale claire et ambitieuse pour l’e-gouvernement, en fixant des objectifs précis et en mobilisant l’ensemble des acteurs concernés. Cette stratégie doit être lisible pour les citoyens et les acteurs économiques.
  • Des investissements conséquents sont nécessaires pour moderniser les infrastructures numériques et former les agents publics à l’utilisation des outils numériques. La formation doit être adaptée aux besoins des agents, et ainsi leur permettre de développer les compétences nécessaires pour utiliser efficacement les technologies numériques.
  • Il y a un fort enjeu de simplification et d’accessibilité aux services publics dématérialisés en France. Les démarches doivent être clairement expliquées, les formulaires doivent être intuitifs et des supports d’accompagnement doivent être disponibles en ligne et en présentiel afin d’intégrer tous les citoyens.
  • La protection des données personnelles et la cybersécurité doivent être des priorités absolues pour les autorités françaises. Cela passe par la mise en place d’un cadre juridique robuste et de mesures techniques strictes pour sécuriser les plateformes numériques. La sensibilisation des citoyens aux enjeux de la cybersécurité est également essentielle.

NB : L’IA générative Gemini a été utilisée à des fins de recherche pour l’écriture de cet article.